Vidéos

3.05 Invitation physique : poussée

3.05 Invitation physique : poussée

Pour les invitations physiques, il faut se placer dans le contexte où le partenaire ne démontre pas de signes précurseurs d’une agression. Si l’on se reporte au tableau de l’emploi de la force, nous sommes dans la partie colorée en jaune. La méfiance est de rigueur même si le danger semble moins présent.

En prenant une position sécuritaire, on se place devant le partenaire sur une ligne déterminée par nos pieds et le bras sur lequel on établira le contact initial. Cela représente environ deux pas de distance. Un droitier prendra le bras droit du partenaire.

Avant le contact initial, on provoque une diversion verbale, qui doit être logique et en lien avec le contexte.

En se déplaçant vers le côté du partenaire, prendre rapidement et calmement son bras pour favoriser un climat de confiance. Éviter de provoquer de la douleur. Par la suite, se déplacer vers l’arrière du partenaire en lui demandant d’avancer calmement.

Il faut déclencher le mouvement par un léger soulèvement de son épaule accompagné des consignes verbales appropriées. Pendant le déplacement, le partenaire peut refuser d’avancer et pousser avec son coude en direction de notre visage.

Il faut alors esquiver et contrôler le coude en tirant avec la main au poignet afin d’amener le partenaire au sol.

(Au départ, un coup de genou à la cuisse aurait pu être utilisé pour faire diversion.)

La vitesse et le recul de la jambe pendant l’esquive provoquent un effet de surprise, de déséquilibre, tout en permettant l’exécution efficace de « l’amené au sol » (voir la séquence 1.07 Clé de coude, main en pronation). Contrôler le bras.

Énumérer les consignes verbales préparatoires à la mise de menottes (voir la séquence 3.01 Préparation à la mise de menottes).